Pas toutes les zones rurales ne sont en déclin.

Le déclin et le vieillissement de la population ainsi que l'exode des jeunes touchent de nombreuses zones rurales, mais pas toutes.

Bien que la population des régions rurales du Canada ait augmenté de 1,1 % entre 2001 et 2006, environ 55 % des communautés rurales ont vu leur population baisser.

Entre 2001 et 2006, la croissance et la stabilité de la population du Canada rural a été concentrée dans 45 % des communautés rurales: les communautés rurales adjacentes aux centres urbains, ceux qui sont riches en agréments et les zones rurales reculées avec les populations autochtones (avec des taux de natalité élevés) ont connu des gains de population.

• La population dans les communautés rurales adjacentes aux centres urbains a augmenté de 4,9 % entre 2001 et 2006.

• La croissance démographique dans les communautés riches en agréments [par exemple, Sylvan Lake en Alberta (36,1 %). Wasaga Beach en Ontario (+21,1 %), Sainte-Adèle au Québec. (+15,4 %)]

• La population dans le milieu rural des Territoires a augmenté de 8,7 % entre à 2001 et 2006.

Les communautés rurales de certaines provinces ont connu une augmentation de leur population entre 2001 et 2006 (par exemple, Alb. (+4 %), Ont. (+2,5 %), Qc et Man. (+2,4 %), C.-B. (+0,7 %), tandis que les communautés rurales d'autres provinces ont perdu de la population (T.-N.-L. (-5,6 %); Sask., (-4,6 %), N.-B. (-2,2 %), N.-É. (-1,8 %), Î.-P.-É. (-1,3 %).

Les Autochtones comptaient pour 9,3 % de la population rurale du Canada en 2006, en hausse par rapport à 8,2 % en 2001. Les régions rurales du Manitoba avaient la plus forte proportion de population autochtone (25,4 %), suivies de la Saskatchewan rurale (20,9 %), la Colombie-Britannique rurale (12,2 %) et l'Alberta rurale (11,9 %).

Les peuples autochtones représentent un potentiel important de population active pour le milieu rural, mais ils ont besoin d’éducation et de compétences.

Entre 2001 et 2006, environ 28 % de la population des jeunes (15-19 ans) ont quitté les régions rurales du Canada. Dans les zones rurales les plus éloignées  (excluant les Territoires), 34 % des jeunes ont émigré entre 2001 et 2006.

L'exode des jeunes est en réponse à de nombreux facteurs tels que la disponibilité d'emplois dans les zones rurales et urbaines, le désir de poursuivre des études post-secondaires, etc. Beaucoup de ces jeunes retournent dans les régions rurales après l'école comme jeunes adultes pour se lancer en affaires et fonder des familles.

Moins de nouveaux Canadiens à s'établir dans les zones rurales.

Faits ruraux

Les secteurs des ressources en baisse, mais toujours importants.